Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 12:04

De la politisation des crimes


L'érection des crimes politiques comme méthode de gouvernement est une pratique jamais vue au Tchad. Cela a commencé par le démantèlement des camps de réfugiés au Cameroun, et par la corruption des autorités régionales camerounaises. Les réfugiés furent obligés pour certains, de rentrer au pays, pour d'autres de quitter le Cameroun pour le Niger.

Installés dans un premier temps à Diffa, ils furent réinstallés à 1500 Km de la frontière tchadienne à Gouré, un trou perdu. Mais ce n'était pas suffisant, Deby a conclu l'accord d'aide militaire (pour démanteler la rébellion Touareg) contre réfugiés (enlèvement d'anciens officiers proches de l'ancien président Hissein Habré et livrés à Deby par feu le président Baré Maïnassara).

Il y a eu l'affaire des centaines de réfugiés Tchadiens au Nigeria qui ont été raflés dans les quartiers, emprisonnés, parqués, attachés puis livrés par camions entiers à Deby. Ces convois de la mort ont été l'œuvre des hommes de main de Deby à savoir le tandem Ahmat Hassaballah Soubiane – Abderahmane Moussa et Daoussa Deby, …etc. qui ont négocié avec les autorités nigérianes la livraison de ces hommes à Deby. Cette affaire incroyable est passée comme une lettre à la poste et c'est là où réside toute l'ignominie des Ong des droits de l'homme. Seules les Ong nigérianes se sont mobilisées pour dénoncer ces crimes. Il va sans dire que cette affaire rebondira un jour ou l'autre.

Après la liquidation à grande échelle des opposants à l'extérieur du Tchad, ce fut le tour des opposants légaux. C'est ainsi que des membres influents du RDP, parti de M Lol Mahamat Choua, furent assaillis dans leur domicile et liquidés froidement. (citons feu Mamadou Bissau).

Ce genre de pratiques ne se sont jamais passées au Tchad, depuis des décennies, les différentes guerres ont obligé les Tchadiens à s'installer dans les pays limitrophes (Cameroun, Nigeria, Niger, RCA, Libye) ou autres Bénin, Burkina Faso, la majorité d'entre eux ont vécu avec des problèmes liés avant tout à leur situation d'exilés.

La troisième étape a été la liquidation systématique des opposants avec lesquels le régime a signé des accords de réconciliation nationale, lesquels accords étaient tous parrainés par les pays facilitateurs (Libye, Soudan, Burkina Faso).

Abbas Koty Yacoub a signé des accords parrainés par la Libye et le Soudan, il fut abattu en plein jour à son domicile. Puis Bichara Digui, Moïse Kété, Laokein Bardé Frison furent tous tués à bout portant, assis devant les émissaires de DEBY, envoyés pour sceller la paix avec eux.

Le Commandant Moussa Bachar Houno, Chef d'état major général est mort mystérieusement à Paris, sa famille a contesté la version de la mort par accident automobile, elle s'est réfugiée à Paris où elle a obtenu le statut de réfugié politique.

Guetty Mahamat, représentant de l'Asecna au Tchad, s'est investi dans la création d‘un parti politique d'opposition, il a sauté sur une mine devant sa propre maison, absolument fou !

Ajoutons à la liste macabre, Youssouf Togoïmi dont les circonstances de sa mort n'ont pas encore été élucidées. Des pratiques ignobles qui foulent au pied toutes les valeurs chères aux Tchadiens à savoir : le respect de la parole donnée, le sens de l'honneur.

 

De la criminalisation de la politique


Quelques années plus tard, le régime de Déby a monté en corrélation avec le régime de Baré Maïnassara et une maffia internationale, l'affaire des faux dinars de Bahreïn, dont le monde entier a entendu parler. Les institutions tchadiennes comme les banques ont été utilisées pour blanchir cette fausse monnaie (Lire dans la partie Contribution du site l'article du journal le Monde du mercredi 23 juin 1999).

L'un des hommes clé de cette affaire à savoir M Hassan Fadoul Kitir a préféré jouer à la balance, sauver sa peau et planquer ses milliards qui lui assurent aujourd'hui une retraite dorée au Togo. L'aubaine était trop belle, ce fut la planche à billets. Des millions de francs Cfa ont été fabriqués au jardin du président, cette monnaie de singe fut utilisée lors des campagnes électorales, mais aussi pour escroquer des commerçants à qui on devait payer d'importants travaux de construction. Les faux Cfa du Tchad ont envahi l'Afrique centrale et il a fallu l'intervention musclée des présidents Chirac et Bongo pour que cette pratique cesse.

De la fausse monnaie, on est passé à la drogue dure. C'est ainsi que la plus grosse prise de cocaïne en Europe, est le fait d'un Conseiller de Déby à savoir M Adoum Aganaye, frère du très connu Tidjani THIAM, actuel Conseiller de Deby. M Adoum Aganaye, muni des papiers diplomatiques, ordre de mission de la présidence tchadienne a transporté dans ses bagages de Colombie jusqu'à Bonn 130 kg de cocaïne, plaqués dans des malles estampillés « présidence de la république tchadienne ». Le convoyeur se croyait couvert d'une immunité diplomatique parce que détenteur d'un passeport diplomatique. Il fut arrêté à l'aéroport et condamné à 30 ans de prison ferme. Le « mulet » fut lâché par Deby et son équipe, Ali Abderamane Haggar a été dépêché auprès des autorités allemandes pour sacrifier l'agneau Aganaye sous le prétexte que les documents en possession du dealer l'impliquant lui-même et Deby, étaient faux.

Autre trafic mis en place par ces gens décidemment insatiables ; ce sont les passeports tchadiens vendus par les autorités tchadiennes elles-mêmes, on ne compte pas le nombre de Soudanais Zaghawas qui sont aujourd'hui installés au Canada avec des papiers tchadiens.

 

Du bradage des intérêts nationaux à l'abandon de toute souveraineté


Il serait fastidieux d'énumérer tous les dégâts causés au Tchad par l'équipe Deby. Le plus grand scandale est bien entendu la négociation des accords pétroliers par Deby. L'équipe Deby a bradé tous les intérêts nationaux dans les négociations des accords pétroliers. Cette équipe a tout cédé même le droit de gérer comme elle le souhaite le minime part qui lui revenait. Deby a mis le pétrole du Tchad sous la double tutelle de la Banque mondiale du Consortium. Le baril tchadien est cédé au consortium au prix de 32 dollars alors que le cours normal frôle les 70 dollars.

L'affaire du pétrole tchadien a montré au monde entier, l'incurie, l'incompétence, le manque de patriotisme de Deby et de tous ceux qui ont constitué le Staff qui « a négocié » ces accords. Obsédé par son arrivée et son maintien au pouvoir, lui et son équipe ont signé sans se soucier d'intérêts nationaux.

Le régime Deby est passé à la vente de tout l'arsenal militaire récupéré par les FANT durant la guerre contre la Libye (avions, chars, missiles, canons, fusils, munitions). Tout a été bradé, les fruits de ces ventes sont allés directement dans leurs comptes bancaires à l'étranger.

Ensuite, tout le patrimoine foncier du Tchad a été vendu, c'est ainsi que certains camps militaires, et de grandes zones au centre de la ville de N'djamena ont été cédés à vil prix à la Libye, sans qu'on puisse justifier l'opportunité pour le pays de telles opérations. Aujourd'hui, des bruits courent qu'une grande partie de Farcha a été bazardée à une société russe. Même la faune tchadienne n'a pas été épargnée, des safaris pour amuser des richissimes princes arabes en mal de sensations ont été organisés dans lesquels les gazelles sont mitraillées par les fusils automatiques à infra rouge.

Puis dans le cadre de la privatisation, des secteurs de l'économie nationale comme les banques, l'imprimerie nationale, ont été pratiquement donnés au milliardaire Camerounais Fotso.

A l'étranger, tout le monde a appris, effaré, la vente ou plutôt le bradage de l'ambassade du Tchad à Washington …. par son ex-ambassadeur Ahmat Hassaballah Soubiane sans qu'on puisse là aussi nous justifier la nécessité de cette opération de dépossession de l'état tchadien au profit des barons du MPS.

Article: Zoom sur le Regime deby

Auteur:La Rédaction de ZoomTchad

Source: zoomtchad

http://www.zoomtchad.com/Templates/ZoomsurleregimeDeby.htm


TCHACHADI

Partager cet article

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires