Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 16:30

 

Idriss Deby Itno. Un nom que les Tchadiens n’oublieront pas facilement, car il est symbole de la négation personnifiée.

 

Voilà, si certains avaient mésestimé la capacité de nuisance d’un président dont la cabriole politique et idéologique est en deçà de l’optique que peuvent en faire les esprits positifs. Il est clair que son quotient politique réside sur l’a priori de petites querelles et de petites vengeances propres aux bandits de grand chemin.

 

Les Tchadiens ont pu vérifier à moult épreuves les aléas d’une envergure inerte et paumée. Ils le constatent dans leur quotidien, qu’il est plus l’homme des humeurs, que celui des raisons contraint d’assouvir des choix de rapaces. Voilà pourquoi avec l’analyse décalée, nous sommes appelés à lui accorder le mérite du dégout.

 

La main tendue synonyme de réconciliation nationale venant d’un chef de l’état, est sans scrupule et plus apte à répondre à la hauteur des faits antérieurs, à tout conflit, toute opposition. Le respect de la parole donnée doit être au dessus de petites rancœurs.

 

Comment peut-on déléguer des responsables politiques, un médiateur national de surcroit ? Comment peut-on donner mandat aux hommes et femmes d’état pour aller négocier la venue des opposants, et les y conduire dans des bagnes ?

 

Nous avions entendu avec une oreille avertie la sortie médiatique du ministre de la Communication, Mr Kalzeube Pahimi Debeut, sur le fait que les personnes arrêtées sont sous le coup d’un mandat d’arrêt. Mais disons-le sans détour qu’il y eut des faits similaires antérieurs avec des rebelles condamnés à morts et à perpétuité et qui étaient rentrés sans être inquiétés jusqu’à une certaine amnistie.

 

Cependant, et à la seule différence, ceux qui n’étaient pas inquiétés faisaient partie d’une expédition essentiellement Zaghawa (le groupe de Isakha Becher, Isakha Diar etc).

Tout ce monde est rentré sans que personne d’entre eux ne soit envoyé dans une prison.

L’honorable général Taher Guinassou est rentré après un contact établi avec des hommes du régime, un de non moindre en la personne du général Allafouza Koni. Le général Taher Wodji et Al-hadj Djougoudou sont rentrés avec une centaine d’hommes escortés avec les honneurs de ceux qui les ont accueillis. Al-hadj Moita Ahamat Tourki est rentré avec un groupe de personnes depuis Khartoum grâce à la médiation du médiateur national, Mr Abderaman Moussa. Comment comprendre que le régime despotique de N'Djamèna procède à vouloir faire la paix et attèle un traitement spécial et au choix à certains cadres.

 

Nous l’avons dit, et nous le confirmons encore et encore que quand il n’y a pas d’étau, Idriss Déby Itno aime se jouer des hommes. Il aime les humilier. Et c’est l’humiliation qui est ici la base de pensée du gavroche moribond.

 

C’est qui est en question, c’est de ne plus soumettre notre identité à la perfidie de l’homme. De ne plus accepter les girouettes plus ou moins fardées. Il ne faut plus croire à cette parodie de convertis, entrainés par un désaveu économique.

 

Continuons avec véhémence, à l’inéluctable réforme des tranchés, car la lutte continue. Ces actes posés demeurent un vibrant exemple.

 

ASSILECK HALATA Mahamat

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires