Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 13:29

Selon les sources dignes de foi, l’équipe en mission de contrôle n’a pas encore fini ses investigations de contrôle à la commune de Ndjamena.

Il reste des marchés et contrats, ainsi que des entreprises appartenant à des responsables communaux, déclarent-on à la mairie de Ndjamena.

En effet, depuis sa nomination, le maire de la ville de Ndjamena a instauré un système mafieux consistant, avec son DAF à monter des faux contrats et marchés qui sont automatiquement liquidés.

Ce système consiste à palier l’argent détourné par un bon de caisse d’un marché fictif de plusieurs millions de FCFA.

Les attributions des espaces et réserves domaniales sont faites anarchiquement à des commerçants moyennant des centaines des millions de FCA par station ou hôtel (hôtel Salama).

Ces stations ont été cédées par le maire adjoint Annour Djibrine qui leurs délivre des autorisations provisoires ou définitives de construire.

Pour l’adjointe Mme Marie Therese, elle ne cesse de signer des contrats d’entretien des ronds points à des proches ou à l’entreprise dont elle est la propriétaire et gérée par son propre fils.

Cette entreprise familiale est en vérité une entreprise fictive qui n’est même pas reconnue par la direction de l’impôt et Mbailamdana fils est le gérant de cette boite, sans oublier l’autre fils de Mme le maire qui viens à la fin de chaque mois percevoir un salaire astronomique, un employé fictif de la mairie.

Mme le maire a eu des pots de vins concernant la restructuration du marché sans fils, dans son attribution moyennant des fortes sommes d’argent ainsi que d’autres marchés de la place.

Pour la gestion des pièces détachées commandées à la chaîne et réceptionnées  (de plusieurs milliards de FCFA), il n’existe aucun inventaire et les pièces sont dilapidées ou disparues.

Le chef de parc municipal doit en savoir quelques choses.

 Concernant l’attribution des terrains et autres, abdoulaye yakhouba a son agent escroc ou son adjoint en quelques sorte au terrain, un certain Monsieur urbanisme ou Abakar Assidick qui distribue à sa guise les parcelles. Son système est de Monnoyer ou soustraire de l’argent pour ceux qui veulent  avoir une parcelle sur les croisements, les rues de 30 m ou 40 mètre ou purement ne pas obtenir ce parcelle sans payer le double de sa valeur.

Il négocie les attributions, les paiements de déguerpissements etc…

Le plus étonnant est que les recettes collectées par les collecteurs et les taxes des redevances sont purement et simplement détournés par le maire et les différents responsables.

Ainsi va la commune de Ndjamena, avec ses bandits et mafias.

Moussa Zakaria

Correspondant du Tchadhanana

 

Partager cet article

Repost 0
Published by TCHADHANANA - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires