Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 01:25

Abdallah-Chidi-Djorkodei.JPG

Depuis quelques jours, une histoire confuse défraye la chronique de Gouro à N’Djamena. Il s’agit d’une prétendue campagne de vaccination contre la méningite initiée par le ministère de la Santé pour la population de la ville de Gouro.

 

Cette campagne de vaccination contre la méningite n’est en réalité qu’un projet criminel du régime décadent de N’Djamena odieusement planifié contre les populations innocentes de la sous-préfecture du Gouro dans le Nord du Tchad.

 

En effet, le 11 Décembre 2012 toute la population du Gouro a été conviée à cette opération de vaccination. Deux groupes ont été rapidement constitués : un pour les personnes âgées et un autre pour les enfants, d’environ 160 dénombrés à ce jour là. Evidemment personne ne doutait de quoique ce soit.

 

Selon une source digne de foi et aussi des témoignages recueillis auprès de la population locale, les innocentes populations de la sous-préfecture de Gouro ont eu le salut que grâce à l’humanisme d’un Infirmier dépêché pour la cause. Ce dernier, conscient de la gravité de l’acte criminel que son équipe s’apprêtait à commettre, a tout simplement faussé les doses du vaccin le rendant moins actif et donc non mortel. Néanmoins, les effets secondaires de ce vaccin « poison » sont déjà constatés sur quelques personnes notamment les enfants, plus vulnérables, dont une dizaine ont dû être évacués à l’hôpital de Borkou.

 

Cet Infirmier au bon cœur a-t-il vraiment sauvé la population du Gouro et évité ainsi son massacre ?

 

Autre interrogation, pourquoi un tel projet criminel contre la population de Gouro ? Pourtant, ils sont nombreux les enfants de Gouro qui ont fait d’énormes sacrifices pour le régime MPS. Deby l’a-t-il déjà oublié ?

 

Les tchadiens n’oublieront pas les répressions à grande échelle contre d’innocentes populations dans le Lac, le Guéra puis le Sud, le Ouaddaï et le Dar Tama. Un véritable génocide qui précède systématiquement la présence d’un mouvement armé dans la zone contre le régime sanguinaire du MPS.

 

Après la dernière réunion du clan ITNO, la conclusion a été clairement tirée sur le danger que représente la sous-préfecture de Gouro, carrefour des symboliques villes de Faya et Fada via Ounianga-Kebbir. L’idée de la vaccination aurait été proposée par un « doungourous » du régime MPS.

 

Pourquoi un tel projet de génocide ? La population du Gouro mérite-t-elle un massacre àgrande échelle? Devant toutes ces interrogations sans aucune réponse claire, le Colonel Fodeya Tidei et le Capitaine Djangaï Yandi accompagnés d’une quinzaine de combattants tous originaires du Gouro ont rejoint les positions avancées du MACT dans le Tibesti ce 22 Décembre 2012.

 

Le colonel Fodeya a expressément demandé au chargé de la communication militaire du MACT de transmettre son message à tous ses compatriotes en général et ses frères d’armes en particulier : « Nous avons longtemps servi un régime hypocrite qui sème la zizanie dans toutes les régions du pays, un régime corrompu, incompétent et criminel. A chacun de nous, le temps de prise de conscience est arrivé. Aujourd’hui, j’ai décidé de rejoindre avec tout mon bataillon mes frères du MACT dans le Tibesti afin de contribuer à libérer notre peuple soumis à une dictature effroyable. Le dictateur Idriss Deby n’a pas hésité de mettre en application sa phrase lancée lors d’une rencontre tenue en 2007 à Fada avec les sages de la région de l’Ennedi que j’ai personnellement été témoin : « Apres moi, le Tchad sera comme un terrain de football dégagé.»,alors chers compatriotes, nous devonsréagir, il n’est jamais trop tard pour bien faire. ».

 

Qu’Allah protège les populations de Gouro et le peuple tchadien tout entier. Nous devons, chacun à son niveau et avec ses moyens, nous soulever pour se libérer de ce régime abominable, apatride, mafieux et criminel.

 

Abdallah  Chidi DJORKODEI

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 01:00

 

abdallah-chidi-djorkode.jpgUne question m’a toujours traversé l’esprit : « Pourquoi tous les précédents mouvements politico-militaires du Tchad ont-ils systématiquement connu des échecs face à un régime moralement désespéré, syndicalement mort, stratégiquement dépassé et socialement blackboulé ? »

En essayant de répondre d’une manière logique et intellectuelle à cette lancinante question, nous sommes inévitablement amenés à établir une étrange mais pourtant incontournable  corrélation entre la fragile substance structurelle de ces mouvements politico-militaires ratés et la triste réalité qu’elles présentaient : celle de simples entreprises moulées sur des bases familiales, amicales et /ou claniques.

Je n’entre pas dans les détails, laissons le passé au passé mais profitons de ces expériences vécues – positives ou négatives – pour ne plus répéter ces mêmes erreurs aujourd’hui dans notre nouveau mouvement porté par  la noble mission de rétablir l’Etat de Droit sur l’ensemble du territoire Tchadien.

 

Ne dit-on pas que l’expérience est la meilleure école du monde ? Je suis convaincu que  la paix, la tranquillité, la justice sociale et le progrès économique ne pourraient s’installer durablement au Tchad que dans l’unité de toutes les filles et tous fils de notre pays. Car inévitablement, chacun d’entre nous a son mot à dire, chacun a sa pierre à poser dans l’immense chantier de construction de  ce Tchad que nous chérissons tant et souhaitons  voir briller de mille feux dans le concert des Nations.

 

Nous nous sommes laissé longtemps manipuler par des hommes sans vision et sans capacité intellectuelle, trop occupés à poursuivre – pour  atteindre  rapidement  -  des objectifs strictement et systématiquement  personnels et sectaires. Heureusement qu’il y a un temps pour dormir et un autre pour se réveiller.

Alors chers compatriotes, réveillons-nous, il est grand temps de conjuguer nos efforts pour un futur proche plus apaisé, plus promoteur et plus radieux. IL est temps d’oublier nos différends ainsi que les oppositions stériles ; unissons-nous pour libérer le peuple Tchadien pris en otage depuis 23 ans par une clique de brigands, de sauriens,  et vauriens.

 

Un peuple embrigadé, quotidiennement torturé, troublé et terrorisé, mal nourri, mal vêtu, marginalisé, humilié socialement et culturellement traumatisé : Voila ce qu’est devenu  le vaillant peuple Tchadien qui n’en finit pas de souffrir mais ne désespère pas.

 

Ainsi, après plusieurs mois de grandes concertations et de profondes réflexions, l’espoir renaît avec le MACT depuis le 4 Décembre 2012 au Tibesti. Ce mouvement politico-militaire a forgé son noyau dur autour de la jeunesse,  son pilier principal est le patriotisme.

Toutes les valeurs cardinales qui fondent nos principes, notre culture, nos us et coutumes, ainsi que notre foi, jadis brandis comme une fierté nationale dans nos villes et villages –  mais aussi à l’extérieur de nos frontières – sont  aujourd’hui piétinées, dévaluées et dégradées par des individus venus de nulle part qui, contre vents et marées, s’activent désespérément et hystériquement à réécrire l’Histoire du Tchad.  Mais en vain. Car les valeurs chères à tous les Tchadiens sont profondément inscrites dans le programme politique du MACT.

Oui, la dignité de l’Homme Tchadien doit être impérativement rétablie. Le MACT en fait ici un irréfragable serment.

 

C’est pourquoi, dès l’annonce de sa création, le MACT a gagné presque toutes les régions du Tchad. Les compatriotes s’interrogent, s’informent et apprécient la teneur des déclarations du nouveau  mouvement.

Ils mesurent à sa juste valeur l’opportunité extraordinaire que présente le MACT dirigé par Dr. Ali Ordjo Hemchi face à la situation suicidaire dans laquelle le tyran Idriss Deby Itno a entrainé le pays.

 

Comprendre le projet social et politique du MACT, rejoindre le  MACT, c’est tout simplement rejoindre la Patrie,  car tout le monde a sa place dans la Patrie.  Qu’il soit originaire de l’Est ou de l’Ouest, du Nord ou du Sud,  et tout le monde a un rôle à jouer dans ce mouvement de sursaut national.

 

La justice sociale, le développement économique et le renforcement des fondamentaux de nos Institutions, ainsi que  bien d’autres sujets capitaux sont régulièrement débattus au sein du MACT. Que vous soyez informaticien, économiste, juriste, médecin, environnementaliste, mathématicien, enseignant, chauffeur, journalistes, homme ou femme d’affaires, mécanicien ou de quelque corps de métier que ce soit, vous avez votre place à l’intérieur du MACT, et vos idées comptent pour le Tchad qui va éclore après DEBY. Des commissions sont mises en place pour collecter, centraliser et traiter tous les sujets qui vous tiennent à cœur. Le MACT est votre mouvement, il est à votre écoute.

 

Dans le communiqué de presse annonçant sa création, le Mouvement d’Action pour le Changement au Tchad (MACT) a indiscutablement marqué sa différence dans la façon d’entreprendre la lutte armée contre le régime despotique des Itno. En effet, en relisant ce communiqué digne d’un programme politique, il ressort un paragraphe d’une portée hautement significative : « Profondément motivé par l’urgence sociale, et estimant que nous devons défendre notre pays contre les risques extérieurs – nous n’avons d’autre pays que le Tchad -, notre   groupe s’est interrogé : Faut-il renoncer ou s’engager à faire renaître l’espoir et la possibilité d’un avenir meilleur, juste et équitable pour tous les Tchadiens ? Et pour la sous-région ? ».

 

Chaque Tchadien et tchadienne est ici directement interpelé par le sort malheureux et dramatique de notre pays sous le régime MPS. Il n’y a évidemment pas d’autre choix que de saisir l’occasion offerte par le MACT pour faire renaître et entretenir fortement l’espoir au Tchad.

 

Le MACT relèvera ce défi car la détermination de ses combattants et sympathisants ainsi que le soutien populaire enregistré est sans commune comparaison. Les semaines à venir seront riches en actions et cela,  le régime mafieux d’Idriss Deby Itno ne l’ignore point.

Au moment où j’écris cet article, l’équipe chargée des Technologies de l’Information et de la Communication du MACT est en plein tournage. Vous en aurez plein les yeux !

 

Le volet Education et les technologies de l’information et de la communication ont été largement débattus au sein de la commission « TIC » du MACT. Je me ferai le devoir de vous tenir informés au jour le jour  de ces conclusions.

 

A bientôt.

Abdallah Chidi DJORKODEI

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 11:42

idriss-deby.jpg

L’histoire a montré que tous les dictateurs finissent mal et dans des conditions très honteuses. Les exemples font lésions ; un super guide libyen violé et tué par un groupe de gamins, un Mubutu du Zaire mort d’inanition et dans des conditions très atroces, un hyper rais irakien pendu au même jour de la fête de tabaski etc. Bientôt, le cas du Tchad avec un Deby dans tous ces états se classera parmi les pires dictateurs déchu du 21e siècle. Après 23 ans de règne absolu, Deby tant vers son déclin. Nous vous prenons en témoigne que les récents événements ont montré clairement que l’hyper président Deby est devenu un maboule pour ne pas dire un psychopathe avéré. Les fétiches et les marabouts charlatans de Hinda lui ont rendu un aliéné. Pour preuve, il s’est contredit lui-même dans le décret 490 du 31 mars 2008 portant grâce présidentielle aux 6 membres de l’association Arche de Zoé. Aujourd’hui, Deby est devenu exactement comme un Habib Bourguiba de la Tunisie des années 1987 qui signait des documents officieux et destitué pour incapacité mentale. Nous ne serions pas surpris qu’un jour Deby signera son propre décret et mettant à sa place sa Hinda préférée. Ce dernier temps, beaucoup de ses conseillers et certains de ses proches collaborateurs nous livrent d’infos sur les comportements et la mentalité morale et physique de Deby. D’après l’un de ses conseillers ; le chef est réellement souffrant et les commandes du pays sont entre les mains de Hinda Trabelsi.       

 

Y.Z

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 07:49
korei djimi
C’est le Tchad qui fait « la Une » depuis plus de 52 ans jour pour jour, mais encore et toujours le pire qui hante les tchadiennes et tchadiens. Toutes nos condoléances à la famille de notre cher frère le syndicaliste Gustave Mbaïlaou Bétar. Pourquoi y-a-t-il un total ‘black-out’ médiatique au niveau international sur tous ces crimes qui se passent au Tchad? Même ceux d’africains comme Africa24, Africa n1 et autres ni ne rapportent officiellement, ni ne rendent publics ces crimes ! Quel malheur ! Nous apportons tout notre soutien indéfectible aux travailleuses et travailleurs du Tchad pour leurs droits de salaires dénis par le régime d’Idriss Deby.  De toutes les façons, rien n’a changé dans notre histoire et notre vie depuis 52 ans. Est-ce l’histoire ou l’enfer de trios d’Idriss Deby, de Hissein Habré ou Col. Kadhafi qui nous maudissent?
1. Idriss Deby :
Nous les tchadiennes et tchadiens critiquons un certain soi-disant ‘régime d’Idriss Deby’ ; hors, un régime, c’est un ensemble des gens qui sont sous les ordres ou la bienveillance des autorités démocratiques, dictatrices, monarchiques, etc.;
Dont on ne peut accuser ces gens individuellement que si d’abord les lois sont au-dessus des hommes et que si ces gens soient libres et indépendantes de s’exprimer, d’accepter, de rejeter ou de refuser des ordres ou des décisions unilatérales qu’elles jugent non bénéfiques pour l’intérêt général de leurs peuples;
Que ces gens se sentent conscientes et responsables des peuples qu’elles représentent, que ces gens soient libres de refuser l’arbitraire au nom et pour le compte de leurs peuples et qu’elles s’assurent que les peuples ne soient pas tenus sourds, aveugles et muets, dans l’ignorance, etc.
Hors qu’avec la dictature d’ID, les tchadiens n’ont pas d’autres choix que d’être des ‘béni-oui-oui’ et ou d’être des vrais griots tout faits, par exemple, d’être des genres de Me Padaré qui dit que « les mots du président sont sacrés », d’être de genre d’Emmanuel Nandingar qui considère Idriss Deby comme : «Le béni de Dieu », etc., et tout cela c’est juste pour survivre avec leurs enfants seulement.
Donc, ce n’est pas la peine de les en vouloir. Regardons par exemple, pour plaire à Idriss Deby, un soi-disant ‘le procureur de la République’ ordonne très simplement la mort d’un citoyen, en occurrence notre frère Mbailaou parce qu’il a ri au cours de leur mascarade d’audience dans l’affaire de la grève sociale de l’UST (l’union de syndicats du Tchad) qui s’oppose à la dictature.
Nous tchadiens critiquons les Zaghawa, les Bideats, etc., jusqu'à la famille respective d’Idriss Deby mais cette mentalité ne va pas nous faciliter pour l’unité que nous sommes en train de chercher pour un vrai changement dans les actions et dans les faits et non de la bouche. La seule personne que nous voulons et souhaitons son départ du pouvoir c’est seul et seulement seul Idriss Deby, ni plus ni moins.
Donc, c’est pourquoi, nous croyons et souhaitons sans réserve à toute personne, femme ou homme, de quel coin du Tchad que ce soit d’être la ou le président du Tchad dans l’après-Deby à seule condition que cette personne puisse privilégier honnêtement la démocratie et la justice équitable pour tous les peuples du Tchad sans aucune exception en cherchant plutôt leur bonheur individuel et collectif. Nous avons besoin d’une personne qui se soucit de la vie et l’avenir de générations futures tchadiennes.
C’est déjà suffisant, ces guerres et divisions de 52 ans qu’Idriss Deby est le premier et le dernier à les renforcer et les finaliser à cent pour cent 100% durant plus de 22 ans de son pouvoir personnel ; par exemple, en partageant même de chefferies traditionnelles entre père et fils, entre de frères de même père, dans le même clan, etc., dans tout le Tchad. Pourquoi ? Est-ce cela qui veut-il dire s’attaquer au développement d’un pays ?
 Depuis qu’Idriss Deby est amené au pouvoir au Tchad en Décembre 1990 par nos maîtres en remplacement du Président H. Habré, le Tchad est devenu le pays le plus corrompu au monde durant tout le long de 22 ans de pouvoir absolu d’Idriss Deby (voire rappelons-nous du rapport annuel de Transparency International du 5 Décembre 2012 de cela il y a quelques jours, pays le plus pauvre de pauvres, malgré toutes les ressources qui sont déjà à notre portée telles que le pétrole qui coule depuis neuf (9) ans, des opportunités économiques, scientifiques, culturelles, technologiques, diplomatiques et bien d’autres à l’échelle nationale, sous-régionale, régionale  qu’internationale.
Mais malheureusement, le pire est encore devant nous toujours et c’est tant que nous ne nous unissons pas pour lutter contre les dictatures au Tchad faute de quoi personne de nous, non seulement ne verra le moindre bonheur, du moins dans un proche ou moyen avenir, mais le pire sera plus présent que tout ce qu’on a vu jusqu’aujourd’hui, parce que nos problèmes sont plus nombreux et complexes que la seule tête d’Idriss Deby. Vrai ou Faux ?
Avec Idriss Deby ou pas, ces problèmes ne seront jamais résolus tous seuls. La seule et unique solution est notre prise de conscience pour notre unité avant tout et tous les restes de détails, par exemple (être chef de canton ou non, qui mérite quoi, fédération ou non, etc.) ne viendront que dans une justice égale et équitable, dans la paix totale, dans la quiétude, etc.
2. H. Habré :
Malgré des accusations du mal de chacun et chacune de nous tchadiennes et tchadiens contre H. Habré, vaut mieux dire la vérité et rien que la vérité que de fuir la verité et c’est cela même qui fait la différence entre les humains dans notre nature. Aujourd’hui, il y a beaucoup de nous, se faisant politiciens aimons garder le silence sur des sujets brûlants et tranchants comme l’affaire de H. Habré, ou celui des régimes politiques français ou d’autres, bien sûr, croyant qu’on va conquérir le pouvoir à Ndjamena en évitant de dire la vérité tout en comptant sur les pouvoirs politiques en France.
 À notre propre sens, plus on veut fuir la verité, plus on n’aura rien de bon et d’ailleurs, dans plus de 98% de cas qui fuient la vérité, l’on sera certainement comme Idriss Deby lui-même ou pire! Sinon pourquoi fuir la vérité ? Fuir la vérité ou garder le silence dans de situations difficiles ne signifie pas nécessairement qu’on est plus intelligent (e), plus juste ou plus chanceux (se).
Pour de gens qui connaissent qu’est-ce qu’un pays ou la valeur d’une nation, H. Habre peut être un héro à jamais même si nous le haïssons à cause de problèmes personnels; par exemple, le cas de Mao-Tyoung, parce qu’on ne l’accuserait pas seulement d’avoir éliminé de dizaine, de centaine ou de milliers de personnes mais c’est de millions et de millions qu’on l’aurait accusé mais aujourd’hui il serait l’un de leur rare idole et héro national à cause de l’intérêt général de leur patrie, la Chine dont H. Habré aussi le méritera probablement par les générations futures d’ici plusieurs siècles après, parce que les gens en ce temps ne se rappelleront de nombres de morts mais se sentiront fiers à cause de la libération de leur pays d’une occupation étrangère.
Mais la seule chose que nous souhaitons personnellement, c’est de ne jamais, au grand jamais souhaiter la mort à une personne humaine que ce soit tchadienne, noire, blanche, jaune ou rouge, etc. pour être un héro. Pourtant, il y a beaucoup qui souhaiteraient plutôt que leur pays devienne plus puissant à l’avenir que quelques groupuscules des ignares et d’égoïstes assoiffés de pouvoir pour leur histoire personnelle qui jutent leur bonheur personnel au prix du  sang et de sueur des autres comme les genres d’Idriss Deby.
Pour nous les tchadiennes et tchadiens, on tient au cœur de petits détails d’affinité familiale et clanique. Pourtant, en plus de 52 ans de destruction du Tchad pendant ces guerres imposées, qui n’a pas perdu au moins un ou des membres de sa famille ou de son clan? C’est là nos problèmes !
Si chacun et chacune de nous connait déjà le mal de chacun et de chacune de nous autres,  alors, tout est réglé, n’est-ce pas ? Qui connait le nombre de tchadiennes et tchadiens qui sont tués depuis lors? Combien de frères, sœurs, nièces, neveux, oncles, tantes, cousins, amis de H. Habré lui-même sont morts dans tout ce parcours ? Pourquoi ?
Alors, qu’on comprenne bien que nous ne sommes pas en train de défendre H. Habré, c’est très loin de là, mais juste nous voulons être objectif et honnête avec nous-mêmes, nous voulons également montrer la différence d’être à la fois mesquin, lâche et traitre pour garder de silence avec de petits calculs sur des affaires montées de toutes pièces de ce genre contre H. Habré ou contre toute autre personne humaine de façon si hypocrite que nos maîtres auraient complotées pour prouver surtout à l’homme noir qu’ils sont les plus forts pour gérer les esclaves à leur guise, autrement dit, il n’y a rien de quoi à rendre justice aux tchadiennes et tchadiens dans tout cela.
Le vrai problème, si on dit la vérité, n’est pas de chercher à savoir si H. Habré a tué des gens ou non mais c’est de vouloir utiliser des ignorants, des innocents, des opportunistes assoiffés de liasse et impatients de vie luxe, de malveillants, etc., et tous les moyens sont bons et mis en place pour qu’ils parviennent à éliminer physiquement H. Habré, mais malheureusement, si on élimine H. Habré ou non, de millions de tchadiennes et tchadiens qui sommes vivants sommes plus menacés que ceux qui sont déjà morts. Paix à leur âme !
Qu’ils parviennent à l’éliminer physiquement ou non, H. Habré est une seule personne, un homme qui a déjà marqué son histoire dans l’honneur de son pays et avec cet âge très avancé, son assassinat, encore sous les ordres aveugles de nos maîtres ne fera que plutôt renforcer sa victoire d’un Héro National dans l’histoire du Tchad que de jouir son mal par rapport aux autres millions de tchadiennes et tchadiens qui sommes en train de mourir à petit feu sans aucun lendemain meilleur.
Si on veut rendre justice à de tchadiennes et tchadiens contre H. Habré, pourquoi soutient-on Idriss Deby au pouvoir pendant 22 ans pourtant qu’il est en train de massacrer les tchadiens par tous les moyens à sa dispositions? Regardons, par exemple, Idriss Deby reconnait à contrecœur tout récemment la liquidation pire et simple, au vu et au su du monde entier de 973 victimes à leur tête notre cher frère le Dr Ibni Omar M. Saleh à la suite des événements de Février 2008 à Ndjamena, etc., et personne ne lui demande rien à part une poignée de personnalités incluant ses propres enfants dont nous remercions sans mesure leur Excellence, Monsieur l’Honorable Député-Sénateur Français Gaëtan Gorce et ses collegues qui n’ont jamais relâché cette affaire.  Alors, où sont les parents de toutes ces victimes? Où sont les gens de droits de l’homme avec Reed Brody, Alioune Tine, etc.?
Si on veut rendre justice, combien de gens ont péri sous le régime de Tombalbaye, de General Malloum Ngakoutou Beindi qui se sont bien passés bien avant H. Habré et qui n’a pas perdu des parents pendant le règne de tous ces régimes? Ou bien d’une manière générale, qui fait quoi pour les victimes d’Idiamin Dada d’Ouganda, de Mobutou de Zaïre, de Mengustu d’Ethiopie, etc.?  Où sont les parents et ou où sont les gens de droits de l’homme de toutes les victimes probables de ces régimes africains et autres?
Pourtant, il y a bien leurs parents qui peuvent être là plusieurs fois plus nombreux que les morts mais seulement, personne ne fait rien (ni les sensibiliser, ni les organiser, ni les motiver, ni les payer, comme on faisait dans le cas de H. Habré) pour les aider à réclamer la justice contre des bourreaux des uns et des autres.
Donc, nos maîtres qui veulent seulement et absolument la peau de Habré, ont-ils rendu justice à qui? Aux Palestiniens ? Aux congolais? Aux Irakiens ? Ce sont de faux problèmes d’ordre politique qui sont sciemment et intentionnellement orchestrés pour des intérêts partisans et non avoués qui se trament au nom d’une justice quelconque pour laver le cerveau des ignorants, des traitres, des assoiffés de pouvoir pour le pouvoir, des opportunistes en quête de pétrodollars, etc. de tous bords.
Même si nous n’aimons pas H. Habré pour de raisons strictement personnelles, sans lui, le Tchad tout entier sera aujourd’hui sous l’occupation étrangère et que nos maîtres-mêmes n’auront eu l’occasion d’amener Idriss Deby au pouvoir en remplacement de H. Habré. Imaginons un peu le sens de qu’est-ce qu’une occupation étrangère?
 C’était grâce à la détermination inouïe et sans faille de Habré que les tchadiennes et tchadiens se sont sacrifiés pour que nous soyons hors d’occupation étrangère aujourd’hui ; le voyoutisme de Col. Kadhafi qui a occupé et annexé le Tchad pendant plus de 6 années à l’aide d’autres tchadiens qui ignoraient éperdument les choses à juste valeur. Qui ne connait pas ce que Kadhafi a fait au Tchad?
On n’a pas fini avec le bienfait de H. Habré au Tchad :
C’est-à-dire, pendant 8 années consécutives, jour pour jour, le Tchad était en guerre totale contre l’armée de Col. Kadhafi et en même temps, H. Habré a fait du Tchad, un pays, un Etat et une Nation où tout fonctionne bien sur beaucoup de plans (socio-économiques, politiques, etc.) jusqu'à l’étranger où le Tchad a eu une image sans précédent, c’est-à-dire que les tchadiens étaient mieux respectés.
 
Comparons-nous aujourd’hui où ils sont traités partout à travers le monde entier comme de rien du tout, par exemple, demandons la différence à toutes les tchadiennes et tchadiens qui vivent en Arabie-Saoudite, en Libye, en RCA, etc. ; c’est pourquoi des jaloux haineux, des égoïstes, des pauvres et eux-mêmes criminels, nationaux ou autres voyous veulent sa peau. Si on n’a pas amené ce voyou d’Idriss Deby au pouvoir à Ndjamena, nous ne remarquerons peut-être même pas de sitôt la différence entre des hommes au Tchad ou même sur la terre.
 
Par ailleurs, ce n’est pas seulement au Tchad mais dans le monde entier, il n’y a jamais eu une personne en charge d’autres gens ou de tout d’un pays qui soit parfaite avec zéro critique. Donc, H. Habré, même si on l’accuse ou pas d’avoir tué des gens, seuls ceux et celles qui ont eu à travailler avec lui comme ses collaboratrices et collaborateurs directs peuvent nous dire les vraies qualités de H. Habré par rapport à ce foutraque d’ID.
Regardons, par exemple, parait-il que le Col. Kadhafi lui-même aurait soufflé que H. Habré est son seul ennemi de taille dans ses projets surtout en Afrique et qu’Idriss Deby est devenu son meilleur ami mais les tchadiens sont malheureux parce qu’il leur sera difficile de retrouver un homme comme Habré pour leur pays en ajoutant que ce qu’il a laissé comme héritage du mal, les tchadiens ne se débarrasseront un jour plus vite et définitivement de cela qu’avec un homme comme H. Habré.
Et le Col. Kadhafi connait bien la différence entre HH et ID ; par exemple, HH a lutté sans merci et sans aucune concession de quelque nature que ce soit contre Kadhafi jusqu'à mettre en déroute totale toute l’armée libyenne en récupérant comme butin de guerre des dizaines des avions de chasse y compris des hélicoptères M-21 russes de dernier cri et beaucoup d’autres appareils de guerre intacts, de centaines de chars blindés, des armements de toutes sortes et faire plus de dizaines de milliers de prisonniers de guerre de l’armée de Khadafi qui était la 2e ou la 3e Armée la plus puissante en Afrique en ce temps à Wadi-Dom, à Fada jusqu'à Ma-atane Sarra, 200 klm à l’intérieur de la Libye.
Mais tous ces fameux biens matériels chers et rares qui représentent le sang de nos frères tombés aux champs d’Honneur sont remis à Kadhafi par Idriss Deby en échange de quelques dollars seulement. Col. Kadhafi voulait effacer toutes les traces de sa débâcle mais notre fennec de Bamina n’a aucun sens de la gloire nationale du Tchad! Pour Idriss Deby, seule l’histoire du nom Itno qui compte et tient absolument à parvenir à établir une dynastie Itno ; par exemple, regardons ce qu’il a fait comme la nomination de sa sœur cadette qui ne sait ni lire ni écrire comme Maire de la ville de Ndjamena, la capitale du Tchad, etc. et tout ça c’est pour l’histoire et la gloire du nom de Idriss Deby Itno seulement.
3. Le Col. Kadhafi :
- De un, depuis sa mort comme un chien errant sous les balles de révolutionnaires, nous entendons des gens parler de Kadhafi comme un sauveur de l’Afrique toute entière. Nous pouvons prouver à beaucoup de nos propres sœurs et frères tchadiens  à l’exemple de notre frère le Dr Ley qui voulait le défendre, le mal que Kadhafi a fait au Tchad, parce que nous ne croyons jamais une chose et son contraire en même temps :
-De deux, Kadhafi a détruit systématiquement toutes les palmeraies au BET, empoisonné tous les puits et d’autres points de sources d’eau au BET, il a semé et enfoui de milliers et de milliers de différentes catégories de mines dans tout le BET jusqu'à l’heure actuelle on peut aller voir ces champs de mines dans certains coins au Tibesti à perte de vue comme un champ de cultures, etc., il a exterminé tout le cheptel  du Tchad par des armes mitrailleuses et  avoir déporté les restants en Libye. Est-ce que le BET n’est pas le Tchad?
-De trois, en plus de libyens eux-mêmes, Kadhafi a fait violer et exécuter presque toutes les populations du BET mais tellement que nous sommes ignorants, ridicules et apatrides, pas de remords de tout cela et plus grave, on n’a même pas honte de glorifier et défendre Kadhafi publiquement. Quelle ignorance et indifférence envers notre propre patrie!
Enfin, que ce soit l’enfer ou l’histoire de trios de Col Kadhafi, de H. Habré ou d’Idriss Deby, les tchadiennes et tchadien sommes non seulement maudits mais le bout du tunnel, même sans les trios ne sera visible que si et seulement si nous-mêmes, nous nous unissons pour prendre notre destin en main. Tchadiennes et tchadiens, que l’année 2013 qui commencera dans quelques jours soit porteuse d’espoir de changement pour l’avenir de nos enfants. Vive le Tchad, vive les tchadiennes et tchadiens, abat les dictateurs! 
Korei Djimi, Président de RTJ.
Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 04:20

cjptdp.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Soutien du Collectif des Jeunes Patriotes Tchadiens

Pour la Démocratie et la Paix (CJPTDP)

au

Mouvement d’Action pour  le Changement au Tchad (MACT)

 

 

 

Les jeunes patriotes du CJPTDP voient dans les objectifs politiques et sociaux figurants dans le programme du MACT un réel espoir pour l’avenir de notre Pays.

 

Après plusieurs actions publiques, manifestations et autres, soutenant les légitimes revendications du peuple Tchadien, défendant l’action des syndicats et dénonçant la corruption quasi généralisée, nous nous retrouvons dans les idéaux du MACT.

 

L’état de crime économique permanent dans lequel,  Idriss DEBY maintient le pays, n’est plus tolérable - à l’évidence, l’action devient inévitable et urgente.

 

Pour ce faire, nous décidons d’apporter au mouvement MACT notre appuis le plus total, et ce, sous toutes ses formes d’engagement.

Nous appelons donc toutes les forces de la jeunesse Tchadienne à nous rejoindre dans cette action aux côtés du MACT,  que nous assurons de notre soutien indéfectible.

 

 

Fait à N’Djamena, le 13 décembre 2012

 

Pour le Collectif des Jeunes Patriotes Tchadiens pour la Démocratie et la Paix (CJPTDP)

 

Les Coordinateurs,

Mahamat M.K et François D.N

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 04:26

rebelles.jpg

Nouvelles adhésions au MACT, deux anciens journalistes, tous deux anciens membres des bureaux exécutifs respectivement l’un de l’UFDD et l’autre de l’UFCD avec centaines des combattants ont quitté les pays avoisinants du Tchad pour rejoindre le Mouvement MACT, nous taisons leurs noms pour des raisons sécuritaires parce qu’ils ne sont pas encore arrivés sur  le terrain. NOUS LEURS FÉLICITONS AUX BRAVES COMBATTANTS DE LA CAUSE NOBLE.BRAVO…BRAVO….

Ahamadou LAMIDO

lamida@yahoo.fr

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 05:03

Secour.jpg

La Coordination de la Jeunesse du Mouvement d’Action pour le Changement au Tchad (MACT), organise une réunion à Tours en France ce Samedi 15 Décembre 2012 à partir de 14h.                                
Nous, membres de la coordination, lançons une invitation à toute la jeunesse Tchadienne dans son ensemble souhaitant assister à la réunion. Un mouvement qui vient avec une nouvelle forme de la démocratie, une forme qui répond exactement aux besoins du peuple tchadien. C’est ainsi le but de cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la loi de la majorité et celle d’écouter les avis de tout jeune. En outre, nous organisons la rencontre pour pouvoir donner à tout jeune tchadien la parole afin d’apporter ses idées, contribuer à ce  changement démocratique et s’engager aux côtés de celles et ceux qui aspirent à vivre dans une société libre, unie, fraternelle et solidaire.                                                                
Le MACT est conscient que l’avenir du Tchad est entre les mains de la jeunesse. Pour sa part, le MACT répond OUI à l’attente du peuple pour une action salvatrice. Aussi, il lance un appel au refus de la résignation et exhorte les tchadiens à se mobiliser autour des idéaux de paix, de l’unité, de sécurité, de liberté et de justice sociale pour qu’ensemble nous mettions à l’œuvre pour construire et développer notre pays. Nous vous reprenons une partie de texte décrivant le MACT « 
Le Mouvement d’Action pour le Changement au Tchad ou MACT est le résultat d’un consensus politique après des discussions et consultations muries avec les compatriotes et forces vives de l’intérieur comme de la Diaspora, ainsi que tous ceux qui sont épris d’idées de changement de régime, de cohabitation pacifique, communautaire et religieuse au Tchad. Alors, le MACT se lance un défi d’unité nationale, de paix sociale, et de développement humain axé sur la compétition d’idées, nos valeurs socio-économiques, le respect de la différence et la justice sociale. C’est dire que le MACT s’investit pour un changement éclairé, basé sur l’unité, la paix et le développement.
Nous comptons sur votre présence                                     

Contact :  : 
Tom Koulamallah
 

 Tel: +33753837477 

ISSA Secour Haliki 

Tel :+33605801031

Fait à Tours, le 10 Décembre 2012

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 03:52

ANT.jpg

L’ANT, l’armée clanique de Deby est dans tous ces états. D’abord c’est l’armée le mal payé au monde. Sans indemnités ni avantages, l’ANT est à son triste sort avec Deby à son bord. Quant à la Dgssie, la seule élite protectrice du despote est sur les qui vive. Tout commenca par une idée des 2 fils du despote travaillant à la Dgssie dont l’objectif est de réprimander les éléments de la Dgssie. Pour cause, ils sont pénards à la difference du reste de l’armée. Les concepteurs sont d’abord le Cem/Dgssie le colonel Adam Idriss Deby ensuite le commandant/groupement n°1 Mahamat Idriss Deby alias Mahamat Kaka. Les deux fistons allèrent expliquèrent à leur papa psycho que « les éléments de la Dgssie sont les mieux payés ; c’est pourquoi la majeur partie des éléments de la Dgssie font leur commerce tranquillement et surtout au lieu de rester dans les casernes, nos éléments sont devenus indépendants de nous et font de l’agriculture et de l’élevage dans la brousse. Tout cela grâce à votre bonne volonté Excellence ajoutèrent les fistons. Donc il faut les rendre des simples soldats dans leurs casernes » Naïf qu’il soit, Deby appliqua à la lettre l’idée destructrice de sa progéniture. Mais quelqu’un qui a déjà prit son indépendance par la force de ses idées se soumettra t-il encore aux ordres des Deby ? En raison de cette idée rétrograde réfléchie par les fils du chef, récemment Deby décida de couper les salaires de tous les militaires de moitié, idem pour leurs primes et indemnités. Ne sachant quoi faire, l’ANT s’est soumit à la décision du chef suprême des armées mais sa force protectrice (Dgssie) bouda cette décision immorale et illégale. Cette idée de bouder la décision du chef est l’œuvre du DG/Dgssie le général Saleh Toma et du DG/Reserve stratégique le général alcoolo Oumar Deby. Ces derniers allèrent expliquer au chef malade que les éléments de la Dgssie restent notre seule force de frappe et si vous prenez cette décision, les conséquences seront lourdes sur notre dos ajoutèrent les deux généraux très inquiets. Maintenant Deby est dans l’embarras de choix entre l’idée de ses deux fils (les faux colonels) et l’argument des ses deux généraux. Une décision à la débyenne dans un moment récent...

 

Sources : Dgssie 

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 12:59

tchad.jpg

Droits de l’Homme Sans Frontière (DHSF)

Association pour les Libertés Fondamentales au Tchad  (APLFT)

Action des Chrétiens Pour l’Abolition de la Torture Section du Tchad

(AC AT/TCHAD)

Alliance des Associations des Défenseurs des Droits Humains et de l’Environnement au Tchad (ADHET)

Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de L’Homme (ATPD)

Association Sociale des Jeunes pour la Défense des Droits Humains (ASJDH),

Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (CTDDH),

Association des Femmes pour le Développement et la Culture de la Paix au Tchad (AFDCPT)

Association des Femmes Juristes (AFJT)

Mouvement Citoyen pour la Préservation  des Libertés (MCPL)

Union des Syndicats du Tchad(UST)

Tchad Non- Violence (TNV)

Commission Nationale Justice et Paix (CNJP)

Groupe Citoyen (GC)

 

POINT DE PRESSE INVITANT A LA VILLE MORTEA N’DJAMENA LE MARDI 11 DECEMBRE 2012

Citoyennes, Citoyens,

Point n’est besoin de vous dire que l’immense espoir tant suscité par l’exploitation de notre pétrole et surtout son raffinage sur notre territoire s’est prématurément volatilisé. Le tchadien lambda qui aspirait à un mieux-être a commencé à désenchanter. Et au point où nous sommes parvenus, rien n’augure ne serait cequ’un début d’amélioration de ses conditions de vie. Ceux qui sont sensés nous assurer protection, sécurité et bien-être prennent plutôt le loisir de nous infliger impitoyablement une peine sociale inédite pendant qu’une frange minoritaire de la population vit imperturbablement dans une opulence insolente. Nos gouvernants, nonobstant cette vérité brute et brutale qui crève les yeux, s’obstinent désespérément à nous empêcher de réagir, de réfléchir et de dénoncer cet état de fait peu enviable, au point où même le moindre gémissement du citoyen meurtri dans son âme et dans sa chaire est interprété, à tort et à travers, comme une incitation à la haine, une atteinte à l’honneur, un trouble à l’ordre public, une provocation, pour ne citer que ces interprétations erronées et outrancières de toutes revendications sommes toutes légitimes du bas peuple. Des raccourcis simplistes qui tendent à vouloir vaille que vaille formater le citoyen tchadien dans une logique de pensée unique pour faire de lui ni plus ni moins qu’un mouton de panurge, mis au pas par des mesures manifestement impopulaires, inconséquentes et incohérentes.

Il nous semble absolument surprenant que pendant que les prix des produits de premières nécessités grimpent de façon vertigineuse sur les marchés, paradoxalement le Gouvernement rompt unilatéralement les protocoles d’accord le liant aux syndicats des travailleurs avec toutes les conséquences qui y découlent, tout en augmentant de façon inattendue et injustifiée les prix de certains produits pétroliers qui sont pourtant vitaux pour la survie de nos ménages. Ces funestes mesures ont inévitablement pour corollaires des revers sociaux, financiers et économiques incalculables sur la vie des salariés, de leurs nombreuses familles et partant sur le quotidien de la majeure partie de la population qui croupit déjà dans une misère indescriptible.

Bien plus, mettant à rude épreuve le sacro-saint principe de la liberté syndicale reconnue par d’innombrables instruments juridiques nationaux et internationaux, pendant que les tchadiens attendaient une sortie honorable dans l’intérêt des parties prenantes, à savoir le Gouvernement et les Syndicats, nos plus hautes autorités  ont, contre toute attente, choisi d’adopter la posture la plus inélégante et à la limite belliqueuse qui soit en rompant brutalement les accords anterieurs et en proférant même de graves menaces sur l’Union des Syndicats du Tchad (UST), lui intimant l’ordre de lever purement et simplement le mot d’ordre de grève, et tenez-vous bien, dans un délai de 15 (quinze) jours, et cela par une lettre datée du 29 Novembre 2012, émanant du Ministre de l’Administration du Territoire qui, en vérité, est dépourvu de toute qualité pour agir en l’espèce dans un conflit qui est purement social. Pour dire autrement, c’est une sorte d’épée de Damoclès que le Gouvernement fait planer sur un syndicat qui n’a eu pour tort, si tort il y a, que de revendiquer des droits légitimes en usant d’une prérogative constitutionnelle reconnue qui lui confère le legitime droit d’inviter ses membres à cesser collectivement le travail pour appuyer ses revendications diverses, à savoir le droit d’aller en grève.

C’est inadmissible, et nous sommes en droit de dire que ces fébriles agissements, à la limite, anticonstitutionnels portent dangereusement atteinte à la liberté syndicale, à la liberté d’association,  d’expressionet d’opinion qui sont entres autres des droits fondamentaux inaliénables, reconnus à tous citoyens non seulement par la constitution notre pays mais aussi et surtout par des instruments juridiques internationaux.

Nul ne doute que les peuples ne peuvent pleinement gouter les fruits de la prospérité que là où s’exerce la liberté et la démocratie. La democratie doit être vécue comme une réalité ouverte et dynamiqueet non comme une manifestation sociale chargée des intolérances et des incompréhensions. La violence sociale est dangereuse, car elle engendre à son tour d’autres violences qui peuvent conduire à des révolutions intolerées.

La politique est le lieu d’investissement par excellence, l’espace où se condensent les problèmes d’une société. Il n’est donc pas étonnant qu’elle suscite à la fois des enthousiasmes et des repulsions, du dedain et de l’espoir. Elle fonctionne souvent sur le mode de l’urgence et du court terme. Mais la vraie qualité des hommes politiques se mesure à leur capacite à regler les problèmes urgents tout en restant eveille sur les questions à long terme.

Citoyennes, Citoyens,

Au regard de ces graves entraves qui tendent inévitablement à asphyxier la société civile et les forces vives de la Nation, nous, Associations de la Société Civile, à savoir : Droits de l’Homme Sans Frontière (DHSF), Association pour les Libertés Fondamentales au Tchad  (APLFT),Action des Chrétiens Pour l’Abolition de la Torture Section du Tchad (ACAT/TCHAD), Alliance des Associations des Défenseurs des Droits Humains et de l’Environnement au Tchad (ADHET), Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de L’Homme (ATPD),Association Sociale des Jeunes pour la Défense des Droits Humains (ASJDH),Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (CTDDH),Association des Femmes pour le Développement et la Culture de la Paix au Tchad (AFDCPT),Association des Femmes Juristes (AFJT),Mouvement Citoyen pour la Préservation des Libertés (MCPL),Union des Syndicats du Tchad(UST),Tchad Non- Violence (TNV),Commission Nationale Justice et Paix (CNJP)et leGroupe Citoyen(GC),appelons toute la population de N’Djaména à observer une JOURNEE VILLE MORTE le Mardi 11 Décembre 2012.

A travers ce geste civique et citoyen, la population tchadienne voudrait exprimer clairement à nos plus hautes autorités sa soif de vouloir aussi profiter un tant soit peu des richesses issues de l’exploitation des ressources naturelles et minières communes de notre pays. Le souhait  le plus ardent de la population tchadienne est celle plus simple d’aspirer, à égalité de chance et de droits, au mieux-être par une distribution équitable des richesses de notre chère Patrie. Et cela, à travers la subvention des produits de première nécessité, des matériaux de constructions pour les rendre accessibles à tous, l’augmentation substantielle et régulière des salaires pour une vie descente et la prise  des mesures efficaces et efficientes pour mettre finà la surenchère organisée et entretenuepar certains commerçants véreux qui occasionne la vie chère qui condamne le citoyen lambda à végéter désespérément dans une misére qui heurte de façon frontale la conscience humaine.

Par cette action citoyenne pacifique, le peuple tchadienvoudrait demander aux protagonistes, à savoir le Gouvernement et les Syndicats, d’entamer un dialogue sincère, dépourvu de toute passion, pouvant aboutir à une solution idoine dans l’intérêt de tous et surtout de la population qui subit atrocement les contrecoups de cette crise sociale qui perdure et semble inévitablement s’enliser par la fatale décision tendant à rompre unilatéralement des conventions légalement signées et ayant conférées des droits acquis aux travailleurs.

Aussi, s’inscrivant dans la logique d’une justice équitable et indépendante, nous invitons instamment le Gouvernement, à mesurer, avec un recul, la portée de ces poursuites judicaires fantaisistes, initiées contre les leaders syndicaux et le Directeur de Publication de N’Djaména Bi-Hebdo et de reconsidérer cette décision, sinon l’aboutissement de cette procédure judiciaire par la confirmation de la décision d’instance corroborera, à n’en point douter, l’idée selon laquelle se trouvant en panne de stratégie de gouvernance, le pouvoir judiciaire semble être aujourd’hui le bras armé de l’exécutif  pour étouffer toutes celles ou tous ceux qui osent bousculer l’orthodoxie stéréotypée de ceux semblent nous gouverner à tâtons.

Citoyennes, citoyens ;

Au regard de ce qui précède, par les gestes suivants : refus de voyager, d’acheter de carburant, d’ouvrir ton bar, ton café, ton restaurant ou le refus d’y aller, le refus d’ouvrir ta boutique, d’aller au marché, de faire circuler ton clando, ton taxi, de travailler ce Mardi 11 Décembre 2012, pour ne citer que ces attitudespacifiques, tu réussiras à changera le cours de l’histoire, tu briseras le paradigme enfaisant évoluer la mentalité de nos gouvernants. Par ce geste, tu exigeras d’eux la reconnaissance de tes droits fondamentaux et tes libertés qui sont sacrés et te sont expressément conférés par la Loi Fondamentale, à savoir la Constitution.

Tout en comptant sur votre sens civique et citoyen pour la survie de notre jeune démocratie et le bien-être social de tous, nous vous invitons à faire ce geste pour la reconnaissance de vos droits et partant votre survie.

Nous vous remercions.

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 03:20

 

ali_ordjo.jpg

Alors qu’il se trouvait encore en visite de travail en France, visite que beaucoup d’observateurs ont déjà qualifié d’échec cuisant et humiliant pour la diplomatie tchadienne, Idriss Deby Itno a dû apprendre la création officielle d’un mouvement politico-militaire dans le nord du Tchad, précisément dans le Tibesti.

 

Le mouvement d'action pour le changement au Tchad en abrégé MACT est dirigé par le Dr Ali Ordjo Hemchi (photo), économiste, bien connu du milieu universitaire tchadien où il a enseigné pendant plusieurs années. Le Président du MACT est aussi connu pour ses faits d'armes car il a activement participé à la rébellion de l'Est du Tchad au sein de l'UFDD où il a été l'un des dirigeants le plus influent. Nous reviendrons sur l'identité et le parcours du Dr Hemchi. Pour l'heure, voyons comment cette nouvelle a été accueillie à Paris, Ndjaména et ailleurs en Afrique.

 

Inutile de vous dire qu'à Paris, le communiqué de presse du MACT a réveillé plus tôt que prévu certains individus qui ont déjà passé une nuit difficile avec un Deby enragé entre leurs murs. L'un d'eux, réveillé par son téléphone, s'est même exclamé en sautant de son lit : "mon Dieu, un malheur ne vient jamais seul".

A l'ambassade, le personnel et la délégation qui accompagne Deby pour le rendez-vous avec le MEDEF essayent d'afficher une bonne mine, malgré le froid, malgré la tacle Hollandaise d'hier à l'Elysée et malgré cette gifle matinale du MACT. Une grande scène d'hypocrisie qui mérite d'être immortalisée sur une toile pour l'histoire. Evidemment, point de commentaires sur le MACT ... pour le moment.

 

Au MEDEF, sans aucune surprise, ce fut véritablement lamentable. La délégation d'Idriss Deby bien huppée se croirait se rendre à un banquet. Elle est arrivée les mains vides, aucun dossier pour présenter le plan de développement économique, les opportunités qu'offre le Tchad, pays pétrolier, en paix et sécurisé sur ses frontières, en chantier, Etat démocratique.


Les échanges furent élémentaires, teintés de civilités et très superficiels. L'allocution d'Idriss Deby a été entrecoupée comme d'habitude de pesants "heu, heu, heu" et de "en fait disons" laissant pantois les représentants du MEDEF qui ont bien voulu assister à ce spectacle. Car franchement, comment pourrait-on le qualifier autrement quand les rôles s'inversent, c'est à dire qu'au lieu de présenter les opportunité du Tchad, Deby et sa délégation deviennent observateurs et apprennent des choses sur leur pays.

 

A Paris, l'opposition active contre le régime MPS a mis tout en branle pour dénuder le Sultan Deby Itno de son déguisement de démocrate respectable. En outre, elle a aussi favorablement accueilli la sortie officielle du MACT. Cependant, elle cherche à en savoir plus et attend avec impatience que les choses se développent rapidement et prennent forme. "La pression interne et externe sur le régime apatride de Ndjaména est à son summum, un peu de tirs de Madatt au-dessus des têtes de la soldatesque de Deby et tout volera en éclats en quelques semaines", affirme un membre très en vue de cette opposition.

 

A Ndjaména, l'atmosphère est très lourde, les nouvelles qui parviennent d'outre Atlantique ne présagent rien de bon pour le régime des Itno et leurs dougourous. François Hollande est le nom le plus cité en Zaghawa ces dernières 48 heures. Puis le MACT qui surgit brusquement au sommet du Tibesti, du Tchad et du Sahara, à une altitude de 3.445 m sur l'Emi Koussi. Ca fait un peu trop pour des gens qui ne voient pas loin de leur nez et qui vivent l'angoisse au quotidien depuis la fin tragique de leur Guide Khadafi. Le grand Nord les hatent, ils doivent maintenant s'y resoudre à faire face ou à plier bagages.

 

Le retour de Deby à Ndjaména s'annonce déjà très sobre. Aucune festivité n'est prévue pour l'accueil du Général tchadien qui rentre bredouille de la chasse. Comparativement à son homologue Ivoirien Alassane Ouattara qui était au même moment en France, reçu à l'Elysée avec tous les honneurs (malgré les clivages politiques) dont un tête-à-tête avec le Président Hollande, et qui rentre avec des promesses fermes d'aide de 8,6 milliards de dollards pour avoir soumis avec succès aux investisseurs un plan de développement économique fiable pour la période 2013 - 2015.

 

Deby le cancre va t-il s'empêtrer davantage dans la malheureuse histoire de l'arche de zoé ? Dira t-il à dieu au Mali face à la menace du MACT dans le Tibesti ? Va t-il solliciter le départ accéléré des forces françaises basées au Tchad ? Quelle sera la conséquence immédiate de sa virée parisienne sur ses relations avec la France ? Sans oublier la Libye qui attend l'occasion opportune pour lui rendre la monnaie pour son soutien militaire à Khadafi et le Soudan d'El Béchir qui l'accuse ouvertement d'avoir tenté de lui planter un couteau au dos. Il y a sérieusement de l'électricité dans l'air, les travailleurs grèvistes doivent être vigilants et éviter de se faire électrocuter. Lire la suite sur Ambenatna

 

La Rédaction d'Ambenatna

Repost 0
Published by ABDALLAH CHIDI DJORKODEI - dans TCHAD
commenter cet article